jeudi, février 21

Capri, c'est fini

Nous voilà rentrés depuis plusieurs jours alors autant s’y faire, c’est la fin des cocotiers.

« Alors, c’était comment ? » Des vacances au soleil, un hôtel au bord de la mer avec un jardin magnifique et deux piscines, une plage avec des chaises longues placées perpendiculairement à la mer, face au soleil, et des parasols qu’on ne se donne même pas la peine de déplacer, ça ferait de la peine au garçon de plage qui n’attend que ça. Si j’ai dépeint correctement le tableau, vous comprendrez que c’était pas mal.

« Vous vous êtes bien reposés ? » Ah…, parce que c’était ça le but ? Ben non alors. Pourquoi donc ? Voyons, soyons originaux, fiston a célébré la venue d’une nouvelle quenotte en sacrifiant le sommeil parental et en se faisant sourd à toutes nos menaces. A une situation déjà au top sont venus s’ajouter nos charmants voisins de chambre, indécrottables sentimentaux qui n’avaient pas pu se résoudre à laisser leurs deux bichons maltais à la maison tant ils les aiment. Mais pas au point de les emmener avec eux à la plage ou au restaurant – faut pas exagérer, l’amour des bêtes a ses limites – donc les gentils toutous ont hululé leur envie de sortir jusqu’à très tard dans la nuit, et puis l’après-midi aussi, juste à l’heure de la sieste. J’ai ainsi pu passer quelques heures de veille forcée à peaufiner des façons d’accommoder le bichon maltais qui me vaudraient bien une étoile au Michelin si j’avais réussi à me procurer la matière première mais le bichon est retors, il ne se jette pas spontanément par la fenêtre.

« L’hôtel était bien ? » Puisque vous me le demandez, je dirais que oui. Impossible de se douter qu’il y a six cent chambres, très bien agencé, magnifique jardin, oui ça je l’ai déjà dit mais il a beaucoup impressionné la tueuse de lierre et autres plantes réputées d’entretien facile que je suis. Je suis dure en affaires donc je ne donne pas le nom de ce beau resort parce qu’ils ont refusé de m’offrir des nuitées gratuites dans leur plus belle suite contre un peu de pub sur mon blog, leur sens du commerce laisse à désirer moi je dis.

« Le petit truc en plus de Puerto Rico ? » Ses cocktails, délicieux, et ses moustiques, gourmands. J’ai essayé de boire tellement de cocktails que mon sang en serait devenu toxique mais j’ai échoué.

3 commentaires:

Kine a dit…

Welcome back Marie!
J'aime beaucoup ton style d'écriture, je me délecte à la lecture de ton blog, et suis donc bien contente que tu sois revenue!
Bonne continuation, et n'oublie pas de nous donner des nouvelles de Ray!

Yibus a dit…

Hello, content que tu aies apprécié ton séjour dans la jungle féline.... Heureusement que ce n'était pas un faucon, ton animal voisin... J'espère que tu as pu, tout de même, te reposer, dans ce chien-chien quotidien avant d'attaquer ton deuxième engin au Y... (euh, au fait, c'est où Puerto Rico ; et on la sent, l'influence américaine ??)

Fox a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.