mercredi, décembre 12

Le choix de l'embarras


Bon, vous êtes au courant, c’est bientôt Noël. Et qui dit Noël, ou fêtes de fin d’année pour être politiquement correct, dit échanges de cadeaux au pied du sapin, ou de la cheminée, ou devant le radiateur à bain d’huile faute de mieux. Soit le 24 au soir - l’estomac dilaté et un peu saoul, soit le 25 au matin - bien trop tôt pour avoir eu le temps de prendre un café et les nerfs déjà un peu sciés s'il y a des enfants surexcités à proximité, c’est l’ouverture des paquets.

« Oh, un pull trop petit et qui ne s’échange pas vu que ta mère avait coupé l’étiquette avant de te l’offrir à toi l’année dernière, c’est une super bonne idée. Ah, un parfum qui sent pas bon, un chapeau trop petit, une compilation des plus beaux slows de l’année 83 – me reste plus qu’à faire une boum, L’Alchimiste youpi, pour quoi faire des torchons ?, un podomètre, un set de correspondance, un autre de calligraphie, des crèmes anti-rides – que le coupable s’auto flagelle sur le champ, un truc qui fait mousser le lait, et un qui fait mousser le bain, un manteau ridicule pour le chat, un abonnement à la piscine pour la cousine ado complexée qui n’ira jamais, des bougies au chocolat spécialisées dans le mal de tête, un bon d’achat à utiliser dans une boutique à soixante bornes, un affreux collier qu’il aurait été fait main ça serait pas pire ».

Noël c’est l’enfer. Tous les ans je me dis que ce serait bien d’acheter tout au long de l’année, au fur et à mesure des trouvailles, sans bain de foule obligatoire. Mais non, je fais comme tout le monde, je piétine, désespérée et prête à mordre, pour finir par acheter à peu près n’importe quoi dans l’urgence.

Mais je n’étais encore jamais allé aux Etats-Unis. Je ne savais pas.
Depuis je revis, je fais des bonds dans mon salon, je me marre. Car maintenant je le connais, j’en ai même un exemplaire. Je veux parler de l’inimitable SkyMall, que même les catalogues de l’Outilleur et de l’Homme moderne c’est de la gnognote à côté. Le concept c’est que quand on prend l’avion avec United Airlines, on trouve ce catalogue à chaque siège pour qu’on puisse continuer à consommer, des fois qu’il nous prendrait l’idée saugrenue de nous reposer. Et ils sont gentils chez United parce qu’ils offrent le catalogue, on a le droit de l’emporter chez nous et de commander depuis notre ordinateur. Le «centre commercial en plein ciel», à côté les six pages de Duty Free d’Air France c’est la superette de Montbron sous Forêt
.

Le problème c’est l’embarras du choix. Comment se décider entre autant de trouvailles toutes plus utiles les unes que les autres ?
Il va falloir m’aider.

Tout d’abord, il y a le réveil à roulettes, qui se carapate quand vous éteignez la sonnerie. Imaginez, il est 7h, vous venez d’écraser votre réveil d’un poing rageur et le voilà qui se précipite par terre grâce à ses deux énormes roues et son système anti-choc, tout en recommençant à sonner. Mais il est sympa, il flashe dans le noir pour vous aider à le pister (49,95$).

Il y a un truc TRES énervant pour ses collègues de bureau : le tapis de souris qui fait batterie. Dès que vous gigotez vos doigts ou le mulot, vous faites un solo, avec 8 sons de percussions différentes, yeah (39,95$).

Pour votre animal de compagnie fatigué, l’escabeau moquetté pour accéder à votre lit, qui se transforme en rampe si votre gentil toutou souffre d’arthrite, c'est-y pas mignon tout plein ? Quand même 199,95$ pour de l’agglo et de la moquette que même pas vous en voudriez dans vos placards.

Accrochez-vous, je n’en suis qu’à la page 26.

Pour les flippées de l’araignée, l’aspirateur à insectes avec un manche d’une cinquantaine de centimètres pour ne pas approcher sa petite mimine de trop près des fois que la bestiole soit championne olympique de saut en longueur (49,95$).

Nostalgiques des Dents de la mer ? Le requin télécommandé pour piscine ou bord de mer est fait pour vous mais attention, si mamie est cardiaque oubliez car la bestiole est sacrément ressemblante (99,95$).

Dans la série « Il faut le voir chez soi », je recommande chaleureusement le robot d’Elvis – le buste en taille réelle, qui bouge et chante huit titres du King… 299$, télécommande incluse. Mais à ce prix là c’est l’Elvis de 1968 qu’on vous promet, dans je cite « toute sa gloire qui fend le cœur », juste avant sa période grosses rouflaquettes et combi à paillettes. Ouf, on a eu peur.

Avez-vous déjà eu besoin d’un escabeau qui fasse porte-sopalin ? Non ? On en reparlera quand vous serez bloqué tout là-haut, les mains pleines de poussière et que vous direz « mais que vais-je devenir, mes mains ne sont plus présentables, je n’oserais jamais redescendre dans un tel état, quelle honte » (199$ pour le modèle le plus haut).

Un truc pour mettre dans sa voiture, qui donne l’heure, l’altitude, la météo et fait boussole. Un truc que le temps que tu lises t’es tout mort dans le ravin (89,95$).

Et puis pour les adeptes du « laisse moi boire ma bière peinard », l’appareil qui dit quand les grillades sont prêtes. On met un bout de métal dans la viande, connecté à une base sans fil (qui se clipse élégamment à la ceinture) et ça donne la température ainsi que l’avancée de la cuisson. Auparavant on lui a indiqué le type de viande et la cuisson recherchée, la machine se charge donc de prévenir quand c’est prêt. Et comme on n’arrête pas le progrès, elle dit d’abord «presque prêt», pour vous laisser le temps de terminer l’apéro (75$).

1 commentaire:

a l'ouest a dit…

"pou'quoi tu 'igoles Maman?" s'interroge Tournesolette....

Encore! encore!! :D